Au premier trimestre 2021, l’industrie du ciment vietnamienne a vendu 22,31 millions de tonnes (Mt), en hausse de +1,5 % par rapport à la même période de l'année dernière. 12,16 Mt ont été consommés sur le marché domestique et 10,15 Mt sont partis à l’export.

A l’exception de l’année 2020, la consommation locale du ciment voit son rythme de croissance ralentir depuis 2016 et stagner autour de 65 Mt par an. L’export est devenu un relais de croissance primordial pour l’industrie cimentière vietnamienne avec un volume de production qui double les capacités d’absorption du marché local.

En 2020, malgré la crise sanitaire, le Vietnam a enregistré un volume d’exportation de 38 Mt de ciment (+10 % en glissement annuel) pour une valeur de 1,46 Md USD. Cette année, les exportations ont retrouvé leur niveau habituel de croissance au premier trimestre avec +16 % en quantité par rapport à la même période en 2019 (ante crise sanitaire mondiale), pour s’établir respectivement en volume et en valeur à 10,15 Mt et 314 M USD.

L’offre de ciment ne cesse d’augmenter sur le marché avec des élargissements d’usine programmés dans le masterplan de cette industrie. Fin 2020, le pays compte 90 lignes de production comptabilisant une capacité totale de 107 Mt, et faisant du Vietnam le 5ème producteur mondial après la Chine, l’Inde, les États-Unis et la Russie.

Lors de sa dernière assemblée générale, l’Association des cimentiers vietnamiens (VNCA ndlr) a proposé deux axes principaux de développement pour l’industrie locale :

1. Moderniser les moyens de production actuels en implémentant de nouvelles technologies et en tendant vers une industrie 4.0. Privilégier les nouvelles usines avec une capacité de plus de 5 000 tonnes de clinker par jour pour une meilleure efficacité.

2. Réduire l’impact environnemental en produisant notamment de l’électricité à partir de la chaleur émise par les gaz du four et en valorisant des résidus industriels en remplacement des additifs ou des combustibles tr