La région ASEAN en quelques chiffres : entre augmentation de la demande énergétique et réduction des impacts environnementaux.

D’un point de vue régional, l’ASEAN est une région à fort potentiel dans le secteur de l’énergie.

Voici quelques chiffres* pour visualiser la situation actuelle :

  • De 2000 à 2020, la demande énergétique a augmenté de +80% en ASEAN; 
  • On estime que la croissance de la demande en énergie entre 2020 et 2025 sera de +50%;
  • D’autre part la région compte encore:
    • 200 Millions d’habitants sans accès à l’électricité et,
    • 1,2 milliards d’habitants sans accès à des ressources d’énergie « propres » pour des activités de cuisson.
  • Enfin, un dernier chiffre qui peut sembler secondaire mais dont l’impact sur la consommation électrique de la région peut être colossal : 80% de la population en Asie du Sud Est n’est pas (encore) équipée de système d’air conditionné.

Au regard de cette très forte demande énergétique, qui va continuer de croitre au cours des prochaines années, on mesure l’impact qu’auront les choix technologiques et règlementaires que feront les pays de la région « Asie du Sud Est », sur leur population et plus globalement sur le système énergétique mondial.

Les pays de la région sont engagés dans des démarches nationales et internationales pour permettre de répondre à la croissance de la demande énergétique de leur population, en augmentant ou en améliorant leur capacité de production et de distribution de l’énergie, tout en s’inscrivant dans une démarche de réduction de l’impact environnemental de leurs équipements et de leur production d’énergie.

Les pays du bloc ASEAN sont notamment engagés dans l’APAEC (ASEAN Plan of Action for Energy Coopération), qui a pour objectif de contrer une logique de sécurisation des mix énergétique de chacun des pays « individuellement », en impliquant a contrario l’ensemble des pays du bloc ASEAN dans des actions coordonnées, pour tendre vers une interdépendance vertueuse entre ces derniers. Pour l’instant les objectifs définis via l’APAEC restent des objectifs à atteindre, comme par exemple l’adoption de labélisation d’équipements électriques et électroniques pour intégrer des notions d’efficacité énergétique.

Enfin, dans le cadre de la ratification de l’accord de Paris pour lutter contre le changement climatique, les 10 pays du bloc ASEAN se sont engagés à atteindre un ratio de 23% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique global de l’ASEAN d’ici 2025.

 

Une région hétérogène avec des besoins variés : quatre types de marchés.

Cette vision « globale » ne doit cependant pas réduire la région ASEAN à un marché uniforme, qui est souvent l’approche erronée que certaines entreprises françaises envisagent (et que les équipes de Business France ASEANO constatent). La région ASEAN est au contraire une addition de marchés très hétérogènes, avec des niveaux de maturité et des besoins variés.

De façon générale, les équipes de Business France ASEAN-Océanie différencient la région en quatre types de marchés :

  • Les pays extrêmement matures (Singapour, Australie, Nouvelle Zélande);
  • Les pays matures (Malaisie, Thaïlande);
  • Les pays en développement (Indonésie, Vietnam);
  • Et les pays en voie de développement (Myanmar, Cambodge).

A noter que les degrés de maturité de ces pays ne sont absolument pas liés à leurs ressources énergétiques. Certain pays (le Myanmar par exemple), qui disposent de ressources conséquentes (gazières, hydrauliques...) et en exportent une grande partie, sont encore en voie de développement et de déploiement de leur production pour le marché local. D’autres pays, dépourvu de ressources (Singapour par exemple) dépendent quasiment intégralement de leurs importations énergétiques et sont cependant extrêmement matures dans leur consommation et leurs besoins.

N’hésitez pas à consulter l’infographie jointe à cet article qui vous donnera un aperçu, avec quelques chiffres clefs, des profils variés des pays de la région.

Les pays matures et extrêmement matures, disposant des infrastructures nécessaires pour répondre aux besoins énergétiques et électriques de leur population, font face à des problématiques d’amélioration de leur consommation d’énergie et d’électricité. Leurs besoins seront axés sur des technologies de suivi et d’analyse de la consommation énergétique et/ou électrique, d’identification de puits de consommation, afin de déployer des technologies d’amélioration de l’efficacité énergétique de certains équipements, de réduction des pertes, de solutions d’autoconsommation, à l’échelle des consommateurs individuels comme à l’échelle d’équipements industriels.

Les pays en voie de développement seront quant à eux dans une phase de développement de leur capacité de production et de distribution pour répondre à la forte croissance de la demande de leur population. C’est le cas par exemple au Myanmar, où 50% de la population environ est raccordée au réseau de distribution d’électricité national, où l’usage du charbon est encore très fréquent pour les besoins de cuisson et de chauffage. Ce profil de pays exprime des besoins en technologie de production et de distribution robustes et efficaces.

Les pays en développement sont à la croisée des chemins. D’une part ces pays poursuivent le déploiement d’infrastructures pour produire et distribuer énergie et électricité auprès de leur population, d’autre part, ces pays connaissent un fort développement de secteurs énergivores, notamment leurs parcs industriels et leurs zones urbaines. Attentif aux erreurs commises par leur voisins, ils sont préoccupés par la préservation de leur environnement (diminution de la part fossile de leur mix énergétique, diminution des pertes énergétiques) et la diminution de leur dépendance aux importations de ressources énergétiques. Ces pays présentent donc des opportunités à la fois pour les équipements et les technologies robustes de production et de distribution de l’énergie, et pour les outils d’analyse et de suivi de la consommation énergétique pour améliorer l’efficacité de leurs installations.

Comment vous lancer sur ces marchés ?

Les équipes de Business France ASEAN-Océanie sont à votre disposition pour vous accompagner sur la région. Un premier échange avec l’équipe en charge de la thématique transition énergétique vous permettra de comprendre quel marché est le plus adapté à votre expertise. Selon vos attentes et vos besoins, vous pouvez soit envisager de déployer une stratégie individuelle, ciblée sur un ou plusieurs pays, soit participer aux opérations collectives organisées au fil de l’année.

(*Chiffres issus des la littérature produite par IEA : International Energy Association : IEA – International Energy Agency)