La production de sucre thaïlandais va rebondir de 40 % la saison prochaine, malgré une baisse de la superficie des cultures de canne à sucre, permettant au deuxième exportateur mondial de réaliser un bond similaire au niveau des exportations pour remplacer certains approvisionnements en provenance du Brésil.

L'amélioration reflète les attentes de rendements de canne supérieurs à la moyenne, grâce à l'arrivée de bonnes conditions météorologiques après deux saisons de sécheresse. L'amélioration intervient malgré les attentes d'une baisse de 160 000 hectares, à 1,60 million d'hectares, de la superficie de canne à sucre plantée pour la récolte 2021-2022. Cette baisse des cultures provient de rendements peu attrayants pour les agriculteurs par rapport au manioc rival. Les prix du manioc ont augmenté d'environ 52 % par an au cours des trois dernières années, pour atteindre environ 54 EUR par tonne contre moins de 27 EUR par tonne pour la canne à sucre. Les deux cultures ont commencé le siècle au prix d'environ 13 à 50 EUR la tonne.

L'amélioration de la production de sucre permettra des exportations de 10.45 M de tonnes en 2021-2022, un bond de 43 % sur un an et la troisième progression la plus importante jamais enregistrée. Les négociants s'attendent à ce que le Brésil ait une offre exportable de sucre plus petite que la normale en raison de l'augmentation de la production d'éthanol à partir de la canne à sucre. Cette situation devrait augmenter la demande de sucre thaïlandais sur le marché mondial.