Les produits sont considérés comme garantis mais ne se rendent pas compte de la logistique. L’horticulture augmente son volume de travail, avec une forte nécessité de main d’œuvre, tant dans la production, comme dans les centrales horticoles. Le secteur vérifie déjà des pertes de 20 à 30 % et le pourcentage risque d’évoluer et d’aggraver l’impact de la production et de la distribution.

Les produits consommés crus tels que salade et fraises, ont souffert une chute énorme de la consommation. Certains agriculteurs ont abandonné leurs exploitations étant donné l‘interruption de la consommation. Les entreprises d’horticulture ressentent une forte diminution des ventes avec la fermeture des marchés locaux et autres points de ventes.

Le secteur vit une situation de grande instabilité et insécurité. Les producteurs luttent pour que les produits ne manquent pas.

Les problèmes liés à la logistique dans le secteur des fruits rouges.

La préoccupation principale est la sécurité des collaborateurs. Les entreprises ont mis en place plusieurs mesures de sécurité et d’hygiène comme la distance de 3 lignes de production entre eux pendant la récolte.

Le plus grand défi pour les entreprises est la logistique avec l’augmentation des coûts de 20 à 30%. Les camions arrivent au Portugal vides car ne transportent pas de marchandises, donc les coûts d’écoulement des produits augmentent. Tant que les frontières restent ouvertes, les entreprises pourront encore exporter.

Concernant la main d’œuvre, la situation est compliquée face aux nombres d’infectés en augmentation.