Le secteur agricole a rapidement mis en place les mesures de contingence. Fédérations et associations du secteur guident les agriculteurs et les sensibilisent sur l’importance de l'activité durant cette crise. L’agriculture portugaise va affronter un nouveau cycle de forte exigence.

Les entreprises agricoles sont en train d’instaurer des mesures pour protéger le secteur, mettant en pratique les plans de contingence en serres, centrales de fruits et légumes, dans les exploitations animales, suivant les recommandations de l’OMS et de la DGS, Direction générale de santé.

Dans les centrales, 2 équipes de roulement ont été mises en place de manière à éviter les concentrations, l’entrée est interdite aux transporteurs et autres personnes externes. Tout est géré par email et téléphone. Les techniciens continuent leurs visites aux champs sans contact avec les agriculteurs.

La préoccupation principale des producteurs réside dans le possible manque de facteurs de production pour continuer à produire.

Concernant les exploitations animales, les premières mesures ont été de fermer les entreprises aux personnes externes et les chauffeurs qui viennent chercher le lait doivent porter masques et gants, et laisser les documents dans un récipient. L’important est d’éviter tous contacts entre les uns et les autres. Les entreprises pensent à renvoyer des collaborateurs à la maison de manière à disposer de personnel de substitution si certains tombent malades.

Pour les magasins de fruits et légumes bio, les plans de contingences sont en place. En magasin, seulement 4 à 5 personnes peuvent entrer et les zones de restauration sont fermées. Au niveau des exploitations, il y a peu de changements par rapport à ce qu’ils font déjà : être distants les uns des autres et utiliser des gants.

Après avoir assuré la protection des collaborateurs, les agriculteurs doivent maintenir l’activité pour garantir aux consommateurs des produits frais. Le secteur doit être considéré comme prioritaire pou