L’Asian Infrastructures Investment Bank AIIB est une banque internationale à capitaux majoritairement chinois créée en 2016. Elle compte aujourd’hui 100 pays membres dont la France.

Elle est spécialisée dans le financement de projets en Asie, en Afrique (Egypte) et bientôt en Amérique du Sud, selon 3 axes prioritaires : les infrastructures durables, la connectivité transfrontalière et la mobilisation de capitaux privés. Elle s’aligne sur les standards internationaux en matière de transparence, d’ouverture et de normes environnementales et sociales. Sa devise est « lean, clean and green »

Elle s’est donnée pour objectif premier de combler le déficit d’infrastructures auquel fait face l’Asie, estimé à 26 000 Mds USD jusqu’en 2030.

Depuis sa mise en opération, l’AIIB a approuvé 46 projets pour un total de 8,53 Mds USD sous forme de prêts, d’investissements en capital et de garanties, dont 4 Mds USD prévus sur l’année 2019.
Les secteurs les plus financés sont l’énergie (33%), le transport (26%), l’eau (13%), les services financiers (13%) et le développement urbain (10%).

Les principaux pays bénéficiaires sont l’Inde, l’Indonésie, la Turquie, l’Azerbaïdjan et l’Egypte, 1er pays membre non-régional à recevoir un financement.

78% des engagements concernent des projets sur financement souverains.


AIIB en chiffres

AIIB : Stratégie de financement des pays membres non régionaux


AIIB privilégie les investissements en Asie, mais examine également les projets non régionaux bénéfiques pour l’Asie. Sa stratégie de financement de projets des pays membres non régionaux suit 3 principes d’éligibilité (1) le projet favorise les échanges et les connectivités avec l’Asie, (2) il valorise les infrastructures au niveau mondial et (3) il se situe à proximité d’une zone économique intégrée avec l’Asie.

AIIB : Stratégie de mobilisation des capitaux privés en faveur des infrastructures


En Asie, le retard de financement des infrastructures est important et à tendance à croître. Les capitaux privés, en particulier ceux des investisseurs institutionnels jouent un rôle essentiel pour combler ce retard. Par sa stratégie de mobilisation des capitaux privés en faveur des infrastructures, AIIB souhaite catalyser ces ressources. Sa stratégie vise à rendre plus attractif pour les investisseurs privés, le financement d’infrastructures sur les marchés émergents. Elle permet également d’identifier des séquences d’activités prioritaires à court et moyen terme.

AIIB : Stratégie pour le secteur des transports


L’investissement nécessaire afin que les infrastructures de transport favorisent le commerce et la croissance économique en Asie est estimé entre 500 et 900 Mrds $ par an. Les bailleurs bilatéraux et multilatéraux n’interviennent qu’à hauteur de 20 à 25 Mrds $ par an. La stratégie du secteur des transports met en évidence la volonté d’AIIB de favoriser le développement d’infrastructures de transport intégrées et durables en faveur du commerce et de la croissance économique en Asie. La priorité sera mise sur les grandes liaisons routières, la connectivité transfrontalière, en faveur de l’intégration des transports et de l’amélioration des infrastructures existantes.

AIIB : Stratégie pour des villes durables


Les Nations Unies estiment qu’à l’horizon 2050, plus de 1,2 Mrd d’asiatiques vivront en ville. A cette date, la population urbaine d’Asie représentera plus de 50% de la population urbaine mondiale. Les ressources naturelles se raréfiant, les villes nouvelles doivent désormais être développées et les villes existantes réorganisées en vue d’améliorer les conditions de vie de ses habitants. La stratégie pour des villes durables souligne la vision d’AIIB d’établir des villes asiatiques à la fois économiquement, environnementalement et socialement durables, tout en étant écologiques, efficientes, accessibles et prospères.

Rencontrez les experts sectoriels de l’AIIB à Pékin du 28 au 30 octobre 2019