Selon le site BestAccountingSofware.com, le Kenya se classe au 77ème rang des 99 meilleurs pays pour lancer une activité d'e-commerce. La croissance du secteur continue de s’accélérer (11,6 % de croissance annuelle en valeur), ce qui se traduirait par un marché de 2,3 Mds USD à l'horizon 2025. 2021 pourrait donc être l’année pour lancer son commerce en ligne !

En septembre 2020, on dénombrait 46,8 M d’internautes au Kenya, soit un taux de pénétration de 87,2 %. Associé au développement du télétravail, la croissance du nombre d’internautes s’est traduite par une hausse du e-commerce et du développement des start-up, en particulier dans le domaine de la Tech. Des plateformes telles que Facebook et Sage Online Tools ont permis aux TPE et PME de se développer et de lancer en toute transparence des sites de commerce électronique modernes et adaptés aux mobiles. Les entreprises qui ont adopté ces canaux et d’autres solutions numériques robustes ont réussi à conserver leur clientèle existante, à améliorer l’expérience de leurs clients tout en développant de nouveaux canaux d’acquisition.

Une étude récente menée par la Standard Chartered Bank sur 12 de ses marchés, dont le Kenya, note que plus de la moitié (51 %) des personnes interrogées préfèrent les canaux digitaux aux paiements « en personne », par carte ou en espèces. L'étude a également noté que le Kenya avait la plus forte augmentation de préférence pour les achats en ligne (30 %), plaçant le pays au premier rang par rapport aux autres pays étudiés (Royaume-Uni, Taiwan, Etats-Unis).

Malgré un fort potentiel de croissance, certains défis subsistent et devront être relevés pour permettre un développement durable du e-commerce, comme par exemple la confiance acheteur/vendeur et la garantie d’une qualité du produit, l’adoption de lois de protection du consommateur, ainsi que l’inclusion et l’interopérabilité bancaire.