Au cours d'une cérémonie organisée par l'association laitière du Kenya, le ministre de l'agriculture kenyan a officiellement lancé les régulations de l'industrie laitière en 2021 (Dairy Industry Regulations 2021), nouveau texte légal qui encadre le fonctionnement de la filière laitière.

Lors de son discours d'inauguration, le ministre a précisé que la filière laitière a encore d'importants défis à surmonter. A savoir, une saisonnalité de la production très marquée, une faible productivité, une moindre qualité, un coût de l'alimentation animale élevé, un manque d'accessibilité à des aliments de qualité et un cadre législatif mal adapté. Ce nouveau texte vient en réponse à ces difficultés et notamment la dernière citée. Ces régulations se déploient aux niveaux national et régional (county).

Le texte vise à diminuer le niveau d'informalité du secteur en mettant à disposition des outils d'enregistrements, et en organisant des remontées d'informations depuis les régions vers les autorités nationales. Il a vocation d'améliorer la qualité et la traçabilité du lait en nommant des auditeurs au niveau régional, et un système de traçabilité à des niveaux de granularités plus fins. Il permet également un rééquilibrage des relations entre producteurs et acheteurs en les obligeant à établir des contrats et en instaurant un prix d'achat du lait minimum établit à 33 KSH/litre (environ 26 cts EUR). Il entend finalement protéger son industrie nationale en limitant encore plus les imports de produits laitiers des pays étrangers et renforce le rôle de l'association laitière du Kenya.