Les importations de céréales via le port maritime de Mombasa ont considérablement augmenté ces dernières années : le volume de grains déchargés a plus que sextuplé en 20 ans, passant de 0,4 MT/an en 2000 à 2,7 MT en 2019. Cette tendance devrait encore se renforcer dans les prochaines années compte tenu des déficits croissants en blé et en maïs sur le marché intérieur et du rôle central du port de Mombasa pour les céréales à destination du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi, du Soudan du Sud et de la RDC. A ce jour, l’entreprise privée Grain Bulk Handlers Limited (GBHL) dispose d’un contrat de licence avec la KPA (Kenya Ports Authority) couvrant une période de 33 ans (en vigueur depuis 2000) et s’impose comme principal acteur de manutention de céréales au Port de Mombasa. Les conditions financières négociées y sont particulièrement avantageuses : 3,85 USD à verser à la KPA par tonne de céréales déchargées pour GBHL contre 10,4 USD/T pour les autres manutentionnaires. Le Comité des finances de l’Assemblée Nationale a recommandé la fin de ce quasi-monopole en agréant de nouvelles entreprises d’ici à 2022, de manière à réduire les délais de déchargement et à renforcer les capacités de manutention.