Chaine leader de la pharmacie et de la parapharmacie au Kenya, Goodlife a su faire face à d’importants défis afin de garantir des médicaments et soins accessibles à tous ses consommateurs. Avec l’arrivée du COVID-19, la chaine s’est ainsi rapidement digitalisée en faisant en sorte que les clients puissent facilement commander en ligne, payer et être livrés chez eux. Un partenariat avec une plateforme d'e-commerce a pour cela été mise en place et d’autres fonctionnalités ont été ajoutées pour se rapprocher au maximum de l’expérience du consommateur lors d'une visite physique en pharmacie.

Le contexte de pandémie a également posé des questions d’approvisionnement, certains médicaments se vendant plus rapidement que d’autres par exemple, problèmes que la chaine s’est efforcée d’anticiper en analysant régulièrement les données compilées de ses différentes enseignes et en adaptant ses approvisionnements en conséquence. Les ordonnances pouvaient être envoyées via diverses plateformes, et la chaine s’est également rapprochée de tout un écosystème d’acteurs, tels que des sociétés de télémédecine ou des laboratoires.

Par ailleurs, la chaine prévoit d’accroître son nombre d’enseignes, grâce à un partenariat avec une société développant des constructions à base de conteneurs, solution à la fois économique et flexible. Goodlife a donc fini l’année avec un total de 70 enseignes, et prévoit d'ouvrir 250 nouvelles pharmacies au Kenya et en Ouganda au cours des cinq prochaines années. A un horizon plus court, Goodlife vise l’ouverture de 15 magasins au cours du 1er trimestre 2021.