Tatu City, nouvelle ville construite au nord de la capitale Nairobi, vise au développement de quartiers résidentiels, d'écoles, de bureaux, de centres commerciaux, d'hôpitaux, de complexes sportifs et de parcs sur une surface de près de 5 000 acres. Le titanesque projet est développé par l'entreprise Rendeavour, un constructeur de villes déjà intervenu au Nigeria, au Ghana ou encore en Zambie.

Konza City est quant à elle, au stade initial avec quelques bâtiments sortis de terre. Konza Technopolis, pour être plus exact, se veut être la ville représentatrice de la "Silicon Savannah". Elle rassemblera les technologies de l'information et de la communication les plus avancées pour fournir des services de premier ordre aux entreprises innovantes et à sa population. Inscrite dans le plan de développement "Kenya Vision 2030", la prochaine ville de 2 000 hectares a été initialement estimée à 1,2 trillion de shillings, soit près de 14,5 Mds USD.

Mi-janvier, les deux villes ont signé un accord de partenariat pour attirer les investisseurs au Kenya. L'objectif est d'unir leurs forces pour développer les mégaprojets et construire des stratégies communes pour l'investissement. A noter que les deux villes bénéficient de la présence de Zones Economiques Spéciales (ZES) visant à simplifier l'implantation d'entreprises et à générer un flux important d'investissements. La collaboration entre les deux cités prendra notamment la forme d'une équipe commune dédiée au partage d'outils et d'informations sur les stratégies d'attraction d'investisseurs.