Alors qu’au Kenya les industries agroalimentaires et cosmétiques sont responsables de 50 % des émissions de déchets plastiques, certaines entreprises se mobilisent pour développer des emballages plus respectueux de l’environnement. On observe ainsi le développement et l’usage de bocaux en verre réutilisables, ainsi qu’en matière organique.

« Nous utilisons des bocaux en verre pour nos beurres et des sacs en kraft fabriqués à partir de matériaux recyclés pour emballer toutes les commandes », explique Miriam Ndambuki, fondatrice de Shea Organics. L'entreprise est spécialisée depuis trois ans dans la fabrication artisanale de produits naturels pour la peau et les cheveux à base de beurre de karité et d'huiles pures de fabrication locale.

« De nombreux clients fidèles prennent généralement l'initiative eux-mêmes et nous appellent pour récupérer leurs bocaux vides une fois qu'ils les ont accumulés. Nous procédons à une double stérilisation et à un assainissement de tous nos bocaux, conformément aux protocoles de la norme Covid-19 ». Nous recevons beaucoup de pots en magasin, ce qui s’est avéré très utile lors des problèmes d'approvisionnement auprès de notre fournisseur.

Bu.ke, une marque de produits capillaires et de soins de la peau, fabrique des produits tels que les shampoings solides en supprimant les bouteilles. La fondatrice, Mme Lucy King’ori, explique ainsi que les shampoings solides, auparavant enveloppés dans un film plastique, sont désormais directement vendues dans des boites réutilisables. L’entreprise propose un programme de récompense jusqu’à 10% de réduction pour le retour de contenants en plastique vide, et travaille sur la création d’emballages en verre pour toute leur gamme de produits.

Au Kenya, les préférences des consommateurs pour des produits naturels s’associent donc à une prise de conscience écologique de plus en plus importante.