Le secteur de la tech et du numérique est en pleine expansion dans la région d’Afrique de l’Est et de l’Océan Indien et joue un rôle de plus en plus important dans les économies des pays de la région. Selon une étude récente menée par l’IFC du groupe de la Banque Mondiale(1), l’économie du numérique pourrait contribuer d’ici 2025 à 5,2 % du PIB africain, correspondant à environ 180 Mds USD. Ce chiffre pourrait atteindre 9,24 % pour le Kenya selon les projections(2).

Les pays de la Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) l’ont bien compris et se sont engagés à développer une stratégie commune sur la taxation de l’économie numérique. Le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Soudan du Sud et la Tanzanie espèrent ainsi augmenter leurs revenus issus du secteur des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication), considéré comme l’un des secteurs les plus résilients face à la crise sanitaire de la Covid-19. L’uniformisation de la réglementation fiscale du secteur des TIC au sein de la CAE devrait permettre aux autorités de mieux faire face aux grand groupes mondiaux du numérique.

(1) E-conomy Africa 2020, Google & International Finance Corporation, 2020

(2) Les projections de cette étude montrent que d’ici 2025, la part de l’économie de l’Internet dans le PIB des pays devrait atteindre 9,24% au Kenya, 5,96% au Rwanda, 4,57% en Tanzanie, 4,18% en Ouganda et 1,39% en Éthiopie.