Rencontre Acheteurs au Qatar en marge du salon de l'Agriculture AGRITEQ

Le Qatar, comme les autres pays du Golfe, fait face à une situation climatique et hydrique qui limite fortement le développement d’une production agricole locale. Le secteur agricole, pêche et aquaculture inclues, reste donc un domaine à défricher et doit faire face à la rareté de l’eau, la pénurie des systèmes d’irrigation et la fertilité limitée du sol. En cela, le Qatar importe 90% de son alimentation soit 2,19 Md USD en 2017. L’embargo décrété le 5 juin 2017 à l’encontre du Qatar a renforcé la volonté de sécurité alimentaire du pays, Doha tenant à afficher sa capacité à maintenir le bien-être de sa population, et à accroître son autonomie. Baladna a importé 10 000 vaches laitières Holstein pour développer une production haut de gamme de lait et de produits laitiers, depuis juillet 2017. Al Safwa est la 1ère ferme labellisée bio du pays. Le Qatar dispose d’un fonds d’investissement, filiale du fond souverain (QIA) dédié à l’agriculture - Hassad Food -, en charge notamment d’investir à l’étranger, et a annoncé en mars dernier un programme gouvernemental de soutien à l’agriculture locale de 19 millions USD / an pour les 5 prochaines années. AgriCo a conçu et construit 24 hectares de serres en hydroponie, dont la moitié permet une production sur toute l’année tandis qu’Al Sulaiteen Agricultural & Industrial Complex (SAIC) produit des plantes en aquaponie. En 2016, les ventes agricoles françaises s’élevaient à hauteur de 25 M EUR (5% des importations agroalimentaires du Qatar). La levée de l’embargo sur les importations bovines françaises a été décrétée par le Qatar en mai 2018. La France était jusqu’à présent le 8e fournisseur d’animaux vivants. La production agricole locale nécessite des engrais, des équipements, du matériel agricole et des technologies innovantes, dont la France est championne en la matière.