Avant-propos

La France apparaît comme un pays leader, capable de relever les défis à venir et qui offre d’excellentes conditions de développement. Nul doute que la poursuite des réformes engagées par le gouvernement consolidera davantage encore notre attractivité dans les mois à venir.

Pascal Cagni

Président du conseil d’administration de Business France et

Ambassadeur délégué aux investissements internationaux

 

Edito

En 2018, alors que le contexte mondial bruissait de la remise en question de la libéralisation économique, que l’environnement européen semblait porteur de davantage de risques que de promesses, l’attractivité de notre pays s’est encore renforcée, après une année 2017 exceptionnelle.

Christophe Lecourtier

Directeur général de Business France

UNE DYNAMIQUE DE L’ATTRACTIVITÉ CONSOLIDÉE

L’attractivité comparée de la France progresse elle aussi fortement. La France est le 2e pays européen jugé le plus attractif, citée par 35 % des cadres dirigeants interrogés, derrière l’Allemagne (41 %) et devant le Royaume-Uni (34 %).

En France, la crise des gilets jaunes et le repli protectionniste de certains Etats, révèle que si la mondialisation et le progrès technologique font des gagnants qui bénéficient de nouvelles opportunités d’emplois et de biens, ils font aussi des perdants avec la hausse des écarts de revenus entre les emplois qualifiés et les emplois peu qualifiés. Ce contexte trouble qui nécessite des réponses politiques ne remet pas en cause le rebond de l’attractivité de l’économie française observée en 2017. La France a attiré, en 2018, 1 323 nouvelles décisions d’investissements étrangers, qui ont permis la création ou le maintien de 30 302 emplois.

 

UN CONTRAT DE CONFIANCE AVEC LES ÉTATS-UNIS ET L’ALLEMAGNE

Les principaux investisseurs en France sont les entreprises américaines (18 %), suivies des entreprises allemandes (14 %), britanniques (9 %), néerlandaises (8 %), italiennes (7 %), suisses (5 %), belges (5 %) et chinoises (4 %).

Les investissements américains et allemands restent dynamiques avec une croissance annuelle moyenne de 6% depuis 2014.

Les entreprises américaines se distinguent par leur implication dans la R&D : elles sont à l’origine de plus du quart des décisions recensées dans cette fonction et de 21 % de l’emploi associé. Les entreprises allemandes sont parmi les principales contributrices aux activités de logistique, étant à l’origine de 29 % des décisions d’investissement dans cette fonction.

LA FRANCE, UNE DESTINATION ATTRACTIVE POUR LES INDUSTRIES

La France est leader européen d’accueil des investissements industriels.

Après une forte croissance en 2017, les investissements étrangers dans les activités de production se stabilisent à un niveau élevé. Ces activités recouvrent 24 % de l’ensemble des investissements et sont les premières contributrices en termes d’emplois avec 11 295 créations ou maintiens en 2018.

Près des deux tiers des investissements étrangers dans la fonction de production sont originaires des Etats-Unis, d’Allemagne, de Suisse, de Belgique, d’Italie et du Japon.

Pour 80 % des cadres dirigeants étrangers, l’industrie française est attractive. Les principaux critères d’attractivité, plébiscités par plus de 84% des répondants, sont la qualité des salariés, la montée en gamme des produits, la digitalisation des processus industriels et la qualité du management.

LA FRANCE, UNE ÉCONOMIE INNOVANTE

L’innovation est un véritable levier pour l’attractivité du site France. Les décideurs économiques reconnaissent la qualité de l’innovation française et de l’écosystème de la French Tech, et 85 % des cadres dirigeants à l’étranger considèrent que l’écosystème français encourage l’innovation.

A l’échelle mondiale, la France fait partie des grands pays innovants. Les géants mondiaux de la Tech (Cisco, Google, Facebook...) renforcent leur présence en France.

Les activités de R&D représentent 10% de l’ensemble des investissements et ont progressé de 9% en moyenne annuelle depuis 5 ans.

Les entreprises américaines réalisent le quart des investissements de R&D en France en 2018.

LA FRANCE, UNE ÉCONOMIE OUVERTE

Les entreprises étrangères présentes en France contribuent à la création de valeur et d’emplois en France.

Bénéficiant du savoir-faire des maisons mères, des échanges entre filiales, des économies d’échelle au niveau mondial, et des différences de prix des facteurs de production, les multinationales sont plus performantes et plus productives que les entreprises non internationalisées.

La France est en 2016, le deuxième pays d’accueil des filiales de groupes étrangers eu Europe avec plus de 28 500 filiales recensées, après l’Allemagne qui en comptabilise 32 531.

L’implantation en France des multinationales sous contrôle étranger correspond le plus souvent à des entreprises de taille intermédiaire (ETI). L’industrie manufacturière concentre le plus d’emploi sous contrôle étranger en France avec 37 %, devant le commerce 30 %.

LES ENTREPRISES ÉTRANGÈRES

  

DIVERSITÉ DES TERRITOIRES FRANÇAIS

La diversité des territoires français constitue, avec la qualité des infrastructures et celle de la main-d’œuvre, un puissant facteur d’attractivité.

Dans la compétition intra-européenne pour la localisation de l’investissement étranger, le dynamisme économique des régions et des métropoles constitue un facteur souvent décisif. Les investissements se font principalement dans les villes de taille modeste. Bien que Paris attire une part conséquente des projets d’investissement sur la période 2014-2018 (20 % des projets), 4% des investissements ont été réalisés dans des villes de moins de 20 000 habitants et près de 70 % dans des villes de moins de 200 000 habitants.

Les décisions d’investissement prises en 2018 se répartissent sur l’ensemble du territoire et vont générer de l’emploi dans la quasi-totalité des régions françaises.

Le choix de localisation des entreprises, l’attractivité sectorielle des régions reflète la spécialisation régionale des emplois.

Télecharger le Bilan