La Banque mondiale va financer à hauteur d’environ 14 M USD un Fonds de partenariat pour les écosystèmes fragiles (CEPF) qui aidera les organisations de la société civile à protéger des zones-clés pour la biodiversité dans les pays de l’arc antillais. L’identification des « hotspots » s’est achevée mi-février. Les agences exécutrices dans chaque pays n’ont pas encore été déterminées. Des consultants seront recherchés.