Le secteur des vins en Chine est en pleine mutation depuis quelques années. Le pouvoir d’achat et les habitudes de consommations de la population évoluent créant ainsi de nouvelles opportunités. De plus, les produits importés bénéficient d’atouts compétitifs considérables. De ce fait, plusieurs entreprises françaises productrices ont déjà investi le marché en quête de courants d’affaires. Pour vous aider à faire de même, voici les 7 étapes clés pour réussir son export en Chine : 

1. Déterminer la capacité export de son entreprise : Faire un diagnostic

2. Décrypter le marché des vins en Chine

3. Analyser le potentiel d'affaires pour son entreprise

4. Identifier les bons contacts sur place

5. S'adapter à la réglementation chinoise

6. Trouver des aides et financements

7. Tester son projet export

1. Déterminer la capacité export de son entreprise : Faire un diagnostic

Le diagnostic export permet un bilan fiable du potentiel de votre entreprise sur les marchés étrangers. Il est idéal pour identifier vos opportunités et menaces.  Cette réflexion quant à votre potentiel sur le marché chinois constitue un état des lieux de la situation de votre entreprise avant de se lancer. Ainsi, vous pouvez identifier vos forces et pistes d’amélioration à l’international.

Nous mettons à votre disposition des outils, une méthode de réalisation solide et attestée et vous proposons une grille d’analyse et d’interprétation des résultats obtenus.

L’objectif du diagnostic export est de vous permettre :

  • D’évaluer le potentiel de votre entreprise pour aborder les marchés étrangers : capacité de production, ressources humaines et financières, expérience export, etc.
  • Mettre en évidence vos atouts et vos axes d’amélioration à court ou moyen terme
  • Définir les actions préparatoires à votre projet d'internationalisation : structuration interne, formation, acquisition de compétences, ...

> Faire mon diagnostic export

2. Décrypter le marché des vins en Chine :

La Chine connaît actuellement une révolution dans son mode de consommation alimentaire, à la fois sous l'impulsion de l'augmentation du pouvoir d'achat de sa classe moyenne, estimée à plus de 300 millions de personnes, et grâce à la hausse de la consommation en produits importés, notamment en vins, plus compétitifs et de meilleure qualité que les vins locaux pour la plupart.

Il y a désormais une diversification des produits et des modes de consommation, avec des consommateurs plus jeunes, plus curieux, dont de nombreuses femmes, laissant entrevoir un potentiel pour de nouveaux produits sur ce marché. Les consommateurs chinois montent en niveau de connaissances et une culture du vin apparaît.

Après plus d’une dizaine d’années de croissance des importations, la concurrence des vins importés sur le marché chinois est désormais omniprésente, à la fois sur les segments haut de gamme et d’entrée de gamme. En effet, bien souvent les produits nationaux sont plus chers que les produits importés aux prix les plus bas, par exemple les vins de France ou bien les vins de la Communauté Européenne. Ainsi, la production chinoise diminue car la demande en vins chinois baisse, face à la concurrence des vins importés.

> En savoir plus sur le marché

3. Analyser le potentiel d’affaires pour son entreprise

En 2018, la France maintient sa place de 1er exportateur de boissons alcoolisées vers la Chine avec plus de 39 % des parts de marché en valeur et un montant d’exportations directes vers la Chine dépassant 603 M EUR pour les vins.

Comme tout phénomène de mode en Chine, le vin attire de nombreux acteurs chinois et internationaux. Une diversification des approvisionnements s’observe avec l’apparition de vins plus spécifiques comme par exemple les vins d’Argentine (22,2 M EUR en 2018, +12,7 %), d’Allemagne (22 M EUR en 2018, +18,5 %), ou encore de Hongrie (5,6 M EUR en 2018, +30 %), mais aussi avec les vins de glace canadiens ou allemands.

Cette diversification dans l’approvisionnement en vins de la Chine montre non seulement la volonté du pays de faire monter en gamme les niveaux de consommation, et l’attrait grandissant des consommateurs et des professionnels locaux pour des vins et des spiritueux de toute origine. Cela montre aussi à quel point la Chine est devenue un marché majeur de consommation de vin à l’échelle mondiale, et toutes les zones productrices investissent désormais massivement sur ce marché, dont les perspectives de long terme restent positives.

> En savoir plus

4. Identifier les bons contacts sur place

Face à ce marché d’envergure mondiale, plein d’opportunités mais concurrentiel, trouver les bons interlocuteurs et faire valoir son savoir-faire français est un réel challenge.

C’est pour cette raison que nous avons développé les événements TASTIN’FRANCE. Ces journées de dégustations professionnelles en face à face avec les acteurs et décisionnaires du marché chinois ont pour objectif de favoriser la création de courants d’affaires. Ils mobilisent tous les professionnels du vin : grossistes, distributeurs, producteurs et importateurs du marché chinois.

D’autre part, afin de vous permettre de présenter vos produits dans les meilleures conditions, nos experts vous accompagnent dans vos démarches logistiques : envoi d’échantillons, organisation voyage etc. De plus, afin d’accroître votre visibilité et augmenter votre impact local, nous réalisons un catalogue produit et une communication ciblée autour de l’événement.

Cette année nous organisons un TASTIN’FRANCE de deux jours, les 31 mars et 1 avril, c’est-à-dire le surlendemain du salon international des vins et spiritueux « Tang Jiu Hui ». Une belle occasion de faire valoir votre entreprise de façon privilégiée auprès des acteurs locaux déjà réunis pour l’occasion.

C’est un moyen simple économique et efficace de vous aider à identifier les bons contacts sur place et initier une relation commerciale.

> En savoir plus

5. S’adapter à la règlementation chinoise

La règlementation chinoise est très évolutive. Elle est parfois floue et incomplète. Aujourd’hui encore, il demeure essentiel de s’assurer le concours et l’assistance d’un contact sur place pour tous les envois, y compris pour les petites quantités telles que les échantillons : importateur, agence de dédouanement, organisateur local d’événement, bureau de représentation bien implanté…etc. Cette mesure permettra d’éviter les blocages en douane et frais inutiles.

D’autre part, l’enregistrement d’une marque en France ne vous protège pas en Chine. Il est donc fortement recommandé de déposer vos marques (nom de l’entreprise ou du produit, logo…) en Chine (en français et en caractères chinois) avant votre arrivée en Chine. Votre devrez passer par un mandataire local. La procédure d’enregistrement dure en principe 9 mois.

> En savoir plus sur la règlementation

6. Trouver des aides et financement

Il existe de nombreuses aides et financements qui vous permettrons de concrétiser votre projet à chaque étape de développement.

  • Aides régionales : bénéficiez d’aides publiques de votre région ou vos collectivités pour financer votre développement international
  • Financements publics : le secteur public peut vous proposer des financements sous forme de subvention, don ou avance remboursable pour votre projet
  • Financements bancaires : affacturage, douane, prêt bancaire, crédit acheteur, crédit de préfinancement etc.
  • Autres sources de financement : ils peuvent être alternatifs ou complémentaires (CCE financement +, MEDEF accélérateur investissement, prêt au développement à l’international etc.)

> Identifier des financements pour mon projet

7. Tester son projet export  

Une fois votre stratégie internationale établie, il est judicieux de la confronter au marché chinois pour déterminer son potentiel auprès des consommateurs et face à la concurrence. 

Pour cette raison vous pouvez tester, évaluer et vérifier votre projet au travers d’études de marché internationales personnalisées. Conçues sur mesure et réalisées par nos experts locaux, ces dernières vous permettront de :

  • Déterminer la pertinence de votre projet
  • Cerner les freins et nouvelles opportunités
  • Être informé en continu des évolutions du marché pour vous adapter
  • Décrypter la stratégie de vos concurrents et mener des opérations de « benchmarking »

> Tester mon projet export